portage latéral: essai n°1 - Plongée sans sel

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

portage latéral: essai n°1

Recycleur > 2008 EDO 08 > portage latéral

Rendez-vous est pris avec Carine pour une petite plongée à Hermance, histoire de se mouiller.

J'en profite pour faire un nouvel essai de portage latéral avec l'EDO en utilisant un embout Airtess qui permet d'avoir les deux tuyaux respiratoires du même côté sans pliage.

Je porte un petit bi 2x6L qui alimente le recycleur en diluant (air). L'oxy provient d'un petit bloc acier de 2L aussi dans le dos. La position de la machine détermine le confort respiratoire. J'ai encore peu d'expérience dans ce domaine mais je constate qu'idéalement l'EDO doit rester dans la ligne du corps, le sac au niveau de mes poumons.

Accrocher au harnais, le mouvement du recycleur est limité. Il aura tendance à monter à l'expiration et vice & versa. Ces faibles amplitudes sont négligeables au niveau confort. Il est plus important de garder la tête contenant le by-pass au niveau des épaules (voir plus haut) ce qui  lui évitera de fonctionner trop souvent du fait des différences de pression. La partie arrière de l'EDO renferme la chaux. Bien que le poid soit de 3 kg, il est nécessaire de rajouter un plomb pour un meilleur confort. Avec 2 kg, ça marche pas mal.

La plongée

Premier réflexe arrivé dans l'eau, je regarde le lestage de la machine. Pour éviter que le cul remonte trop, j'ai rajouté un plomb de 2 kg. Ca a l'air de jouer. Quand à moi, je porte un baudrier de 7kg, un peu lourd avec la fine souris d'été.
Je connecte les raccords Swagelok de diluant et d'oxy puis j'ouvre le robinet 1/4 de tour de la vanne Hydrogom.

Embout en bouche, je me pose sur le fond à -2m. Le confort respiratoire s'est amélioré depuis la dernière fois. L'embout y est certainement pour quelques chose. Carine me rejoint. Pour elle, c'est plus simple: bi 2x9L, Apeks et une déco oxy !

La descente commence. Le silence nous environne, à peine entrecoupé par les injections du by-pass. A -12m, nous rencontrons la première barque, puis la deuxième à -33m. Des bornes de passage piétion (!) nous guident jusqu'à la troisième, une barque de pêche à-46m.

Le froid est vif et l'onglée menace malgré les gants étanches (je n'ai pas pris mes gants chauffants). Je sens que la densité du gaz dans l'EDO a augmenté mais la respiration reste aisée. Le recycleur se fait partiellement oublier. Sa flottabilité, un "poil" négative, surtout à l'inspiration, ne me déséquilibre guère. Nous tournons autour de la barque. Après quelques minutes, Carine me signal en tenant son mano qu'il serait prudent (pour elle) de rentrer. Déjà ? Nous retraversons avec bonheur le thermocline.

Profitant des paliers, je fais des essais de fermeture/ouverture de l'embout. Au final, l'équivalent de 3 dés à coudre d'eau est entré. Pas grand chose en résumé ! Le plus drôle, c'est de réaliser qu'on peut déplacer sa machine (presque) aussi facilement qu'une bouteille de déco: à droite, à gauche ou devant; les solutions sont nombreuses.

En ventral, constater l'absence de bulles crée un bonheur simple.

La configuration KISS

Diluant: bi 2x6L (blocs séparés)

Recycleur: EDO-08 avec embout Airtess et connectiques QC4

Une bonne combinaison.

L'EDO se transporte comme un bloc quelconque.

Avantages

  • deux manomètres + deux détendeurs indépendants + deux inflateurs (stab OMS) = redondance

  • poids bien réparti dans le dos


Inconvénients

  • la bouteille d'oxy n'est pas accessible (fermeture, par ex.)

  •  cette dernière est très exposée (à un choc, etc.)


Les deux détendeurs, reliés au même diluant, sont fixés de telle manière qu'ils tombent "naturellement" devant la poitrine, à la manière spéléo; leur prise en main est assurément rapide même dans la "peuf". Une bouteille d'argon ainsi qu'un pack accu Greenforce (non visibles) sont fixés sur la plaque technique.

Le CCR peut se connecter dans l'eau grâce aux QC-4.

Aux paliers

L'EDO-08 est difficile à utiliser dans la position où vous le voyez.

Attaché trop bas au harnais, l'équilibre et le confort s'en ressentent.

Le câble qui pendouille est celui de l'afficheur de la Ppo2.

Pas évident de lui trouver une place dans ce fatras !

La machine est positionnée trop bas ce qui occasionne un fonctionnement fréquent du by-pass.

Ce n'est pas pratique du tout. En fait, je réalise que le portage d'un recycleur en latéral n'est pas si simple (!).

Il est d'abord inutile de vouloir contourner la règle de base valable pour tous les recycleurs: le sac inspiratoire doit être au niveau de ses propres poumons (ce qui n'est pas le cas ici) pour ne pas déclancher le by-pass à chaque inspiration.

Phil, très décontracté
 
Retourner au contenu | Retourner au menu